Hausse des prix : 51% des Congolais favorables à un réajustement des dépenses

Share

Target SARL a mené une enquête quantitative au niveau national, afin de percevoir l’attitude des Congolais face à la hausse des prix observée sur l’ensemble du pays. L’étude s’est déroulée du 28 septembre au 8 octobre 2022 , autour d’un échantillon de 1.540 personnes dans choisies 8 zones géographiques (Equateur, Kasaï, Katanga, Kinshasa, Kongo Central, Nord-Kivu, Sud-Kivu et Province Orientale).

L’étude met en lumière, par exemple, la priorité que les Congolais accordent aux différentes classes de dépenses régulièrement effectuées. D’après les résultats de l’étude , la majorité des Congolais (51%) sont disposés à revoir leurs dépenses principalement dans les domaines de l’habillement (25%), de la recharge téléphonique, Internet, abonnement câble /Netflix (18%) ainsi que de l’alimentation (18%) afin de conserver une gestion équilibrée des revenus. Les Congolais placent l’alimentation largement en tête des dépenses prioritaires en cette période de crise (54%) suivie de de la recharge téléphonique, Internet, abonnement câble /Netflix (22%) et la santé (8%).
Des huit (8) régions sondées, sept (7) se déclarent favorables à la réduction des dépenses, sauf dans le Kasaï où 48% préfèrent ne rien changer et 35% font le choix d’en diminuer certaines.

D’autres métriques sont présentées dans les résultats de l’enquête, comme la répartition par genre, par tranches d’âge ou par type d’adaptation (report, diminution, renoncement etc.), ainsi que les dépenses indiquées comme les plus susceptibles d’être revues.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors d’un webinaire le vendredi 28 octobre 2022 par Serge Mumbu (Directeur Général) et Jehovela Ndombele (Data Analyst). L’intégralité de cette rencontre est disponible à travers le lien ci-dessous :

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6991782547613491201

De juillet 2021 à juillet 2022, le prix du panier alimentaire en RDC a augmenté de 26%, selon le bulletin d’information du Programme alimentaire mondial (PAM) du mois de juillet 2022. Et d’après la Banque Mondiale, d’autres produits de base ont aussi connu une hausse de prix durant la même période, de suite de plusieurs facteurs dont les conflits géopolitiques (guerre en Ukraine), la résurgence de la pandémie Covid-19, et autres facteurs locaux comme les mauvaises récoltes dans les provinces du Kivu et l’augmentation du prix du carburant.

Mardi, 1 Novembre, 2022 - 14:22
Share