Etat des lieux du secteur des assurances en RDC au cœur des échanges lors d'un déjeuner d'affaire de la CCIFC : Target Sarl

Etat des lieux du secteur des assurances en RDC au cœur des échanges lors d'un déjeuner d'affaire de la CCIFC

La Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Congolaise (CCIFC) a organisé ce jeudi 29 avril 2023, un déjeuner d'affaires sur les Congolais et les assurances, étude menée par le Cabinet d'études de marché Target Sarl.

En présence de plusieurs acteurs du secteur, Serge Mumbu a restitué les grandes lignes de la deuxième édition de l'étude sur les Congolais et les assurances en RDC.



Prenant la parole, Serge Mumbu a rappelé qu'en 2019, Target avait mené la toute première édition de cette étude dans les 11 grandes villes de la RDC d'après l'ancienne configuration. Dans la deuxième édition en 2023, le Cabinet a étendu l'étude sur les 26 chefs-lieux des provinces avec le double de l'échantillon prélevé en 2019.

Ces deux éditions de l'étude ont visé les mêmes objectifs : La notoriété des Entreprises des assurances, usage et connaissance de différentes polices, l'intention de souscription à une police d’assurance et la meilleure société d'assurance.

Au regard des résultats de la deuxième édition, l'on constate une baisse de notoriété des sociétés d’assurances qui existaient en 2019, une très faible notoriété pour les nouvelles sociétés, un taux très faible de conversion en dépit des intentions élevées de souscription.

L'assurance rime toujours avec l'assurance automobile et le manque des moyens financiers constitue la raison principale de non souscription aux polices d'assurances.

La communication, obstacle majeur de l'appropriation de la culture des assurances par des Congolais

Vicent MWEPU, Président de l'Association des sociétés d'assurance et de réassurance de la RDC (ASAR RDC), a de prime abord remercié le cabinet Target pour l'étude qui permet d'avoir une idée objective sur la perception et les intentions de souscriptions.

« La libéralisation c'est 2019, on est en 2023, 4 ans en fait, parce que souvent les gens parlent du secteur des assurances comme si la libéralisation a été là depuis 20, 30 à 40 ans », a déclaré Vincent MWEPU.

Reconnaissant le faible score qu'enregistre le secteur pour ce qui est de la notoriété, le président de ASAR RDC a fait savoir que l'association n'aménage aucun effort pour relever le niveau la notoriété du secteur notamment en participant aux évènements de grandes envergures et une série d'actions sont prévues pour cette année.

Joignant sa réflexion à celle de l'auditoire, Vincent MWEPU a suggéré aux entreprises des assurances d'investir dans la communication, aussi, de bien choisir les canaux spécifiques.

De son côté, Serge MUMBU a expliqué l'importance des insights dans l'orientation de la communication. « Généralement l'équipe commerciale descend sur terrain et vous amène les feedbacks des consommateurs », a-t-il expliqué.

De cette étude, plusieurs recommandations ont été formulées, elles sont axées autour de trois principaux facteurs : les offres, la communication ainsi que les méthodes de distribution des produits d'assurances.