Guerre dans l’Est de la RDC : pistes de solution

À travers une étude réalisée du 9 au 20 décembre 2022, Target SARL a sondé l’opinion nationale sur les pistes de solution à la guerre contre le M23, mouvement soutenu par certains pays voisins. Cette étude a touché 8 villes : Bukavu, Goma, Kinshasa, Kolwezi, Lubumbashi, Matadi, Mbandaka et Mbujimayi. L’échantillon est de 1200 personnes dans la tranche d’âge de 18 à 50 ans.

Pour cette démarche quantitative, Target Sarl a utilisé la méthode des entretiens face-à-face au moyen des smartphones (Computer Assisted Mobile Interviewing) afin de collecter les données.

Les résultats ci-dessous ont émané d’une sérié de 8 propositions fournies aux répondants. Il ressort de l’étude que les Congolais sont partagés entre 4 solutions pour mettre fin à cette guerre:

  1. 22% des Congolais suggèrent le dialogue direct avec le Rwanda et l’Ouganda. Dans cette proposition, on retrouve plus les femmes (29%) ainsi que les 50 ans et plus (23%), dans les villes de Kolwezi (40%) et Mbuji-Mayi (33%).
  2. 20% pensent qu’il faut continuer avec les efforts diplomatiques afin de faire cesser tout soutien du Rwanda aux rebelles du M23. Pour cette deuxième piste, 20% sont des hommes et 19% sont des femmes. Cependant, les résultats montrent qu’il s’agit plus des personnes dans la tranche d’âge de 18 à 24 ans (21%) dans les villes de Mbandaka (33%) et Matadi (23%).
  3. 19% souhaitent une guerre avec le Rwanda et l’Ouganda. Cette option est plus évoquée par les habitants de Goma (31%) et Kinshasa (22%).
  4. 18% soutiennent les efforts de désarmement, démobilisation et réintégration des rebelles dans la société. Leur proportion est plus importante dans les villes de Mbandaka (48%), Bukavu (35%) et Lubumbashi (24%).


Les autres propositions obtiennent des résultats faibles ou mitigés. 4% des Congolais sont pour la facilitation du dialogue avec les groupes armés et leurs pays d’origine. 1% soutient le maintien du dialogue avec les groupes armés étrangers, excepté le M23. Un autre pourcent salue le déploiement de la force régionale de l’EAC.

Vous pouvez voir l’infographie avec les résultats de l’étude: ici

Depuis plus d’une décennie, l’Est de la République démocratique du Congo connaît une situation sécuritaire précaire qui occasionne des pertes en vies humaines, des viols, des déplacés et le frein du développement. Des centaines de groupes armés pullulent les régions de l’Est et le plus important de ces groupes est le M23 doté des moyens dignes d’une armée régulière. Les Nations-Unies à travers la mission de la Monusco ont attesté le soutien du Rwanda à ce mouvement. Ce que le Rwanda continue de nier.

Samedi, 14 Janvier, 2023 - 14:49