Les Congolais et l’environnement, un sondage du cabinet Target : Target Sarl

Les Congolais et l’environnement, un sondage du cabinet Target

C’est depuis plusieurs décennies que les problèmes environnementaux sont évoqués dans des forums et conférences internationaux. Avec le réchauffement climatique et les répercussions perceptibles sur l’écosystème, les Nations Unies ne cessent d’appeler les Etats et les sociétés privées d’inscrire la protection de l’environnement parmi les priorités de leurs actions.
C’est dans cette optique que le Cabinet d’étude Target SARL a voulu, à travers cette étude, présenter l’opinion générale de la population congolaise par rapport à cette problématique. D’abord, l’étude a consisté à demander à un échantillon d’individus répartis à travers les 26 chefs- lieux des Provinces de la République Démocratique du Congo si l’environnement constitue une préoccupation pour eux et d’en donner les raisons. A ce niveau l’objectif n’est pas seulement de déterminer la proportion des congolais qui sont préoccupés par l’environnement mais aussi de ressortir les raisons pour lesquelles ils s’en préoccupent.
La problématique de la gestion des déchets ménagers en milieu urbain a été également abordée. A ce niveau, les répondants ont donné leurs avis quant à la façon dont les déchets ménagers devraient être gérés pour éviter le débordement des décharges publiques tel que observé actuellement dans les grandes villes de la RDC.
PRINCIPAUX RESULTATS

  • L’environnement est une préoccupation pour la grande majorité des Congolais (86%). Cela est remarquable au niveau de toutes les tranches d’âge, de sexe, d’occupation et provinces.
  • Principales raisons de l’importance accordée à l’environnement: permet de prévenir contre les maladies (30%), vivre dans un milieu sain (23%), capital pour la vie (20%), pour la conservation de la nature (10%),
  • Pour un Congolais sur 2, la création d’une brigade des ordures peut résoudre le problème des débordements des déchets publics dans les grandes villes du pays. Alors que 16%, préconisent la gestion des déchets publics par les privés.
  • Pour une partie des Congolais, ce sont les pollueurs (10%) ou les ménages (7%) qui doivent supporter l’évacuation des ordures à travers une taxe. Ces opinions ont plus été exprimées à Kinshasa, au Kivu et en Province Orientale.





Ce sondage a été réalisé auprès d’un échantillon de 1400 Congolais recrutés aléatoirement puis interrogés en face à face sur base d’un questionnaire électronique. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, occupation et ville de résidence.
Vous pouvez acquérir gratuitement les résultats détaillés de cette étude en appelant au (+243) 81 045 10 52 ou envoyer un email à info@target-sarl.cd.

Vendredi, 29 Juin, 2018 - 12:18